L’heure incandescente

 

Les persiennes sont mi-closes, un rai de soleil se dépose sur sa joue rosée. Amnésie de la jeunesse de la lumière, genèse du triomphe. Elle se frotte les yeux, baîlle, étend ses bras tel Jesus sur sa croix. Chaque fois que je la regarde se lever, elle me fait penser à une romance sans parole. Verlaine est passé par là. Elle habitait au troisième étage d’un immeuble bourgeois, ses fenêtres sont des meurtrières. Je la tenais en joue. Bang Bang, my baby shot me down.

L’espace de la perte de mémoire fait douze mètres sur cinq. Des soupirails fendent les murs, des tapisseries orientales sont tendues. Porte fermée à double tour.

Briquet et cigarettes sur la table de chevet, comme un viatique. Objet culte du plaisir buccal. Portée à la bouche par des mains manucurées avant les Treize coups de Midi. Ce n’est pas une synécure.

Je te pardonne.

Les livres ont envahi sa chambre. Des piles innombrables jonchent le sol, s’écroulent parfois mais jamais ne meurent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

%d blogueurs aiment cette page :