Sous une coupole dorée

Religieuse

Elle portait le vice en étendard, de ses yeux coulaient confusément la joie et la peine. Ses mains tremblaient…un peu…assez, disait-on. Désormais, elle ne pouvait plus s’en passer, comme l’encre sous la peau est inexpugnable. Besoin incurable, envie insatiable. L’addiction à son acmé, des tombereaux de résolutions tombées en désuétude. Corbillard famélique où sont emprisonnées les bonnes intentions. « C’est fini, je n’y arriverai pas » clamait-elle, l’air désolé.

La cheminée fumait. De ses cendres, rien ne renaissait.

Sur le trottoir de l’amertume, j’ai mes habitudes. Mes petites manies. La foule trépassait, ne me regardait point.

Dans un dernier souffle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

%d blogueurs aiment cette page :